Top
Courrier:
info@businessafrica-emp.org
Appelez-nous:
+254 20 2721929/48/49/52

Qu'est-ce que la migration de main-d'œuvre?

Environ 3% de la population mondiale - quelque 232 millions de personnes - vivent (et travaillent en grande partie) dans un pays autre que celui de leur naissance. Les problèmes de migration de main-d'œuvre soulèvent des préoccupations politiques et économiques complexes et délicates en matière de droits de l'homme, ainsi que de nombreux défis juridiques et réglementaires.

Pourquoi la migration de main-d'œuvre est-elle pertinente pour les entreprises?

  • Des systèmes de migration efficaces répondent aux besoins du marché du travail.

Les employeurs considèrent la migration comme un moyen de réaliser leurs aspirations personnelles; pour équilibrer l'offre et la demande de main-d'œuvre; pour susciter l'innovation; et pour le transfert et la diffusion des compétences. Tous les employeurs bénéficient de lois et de politiques nationales claires, transparentes et efficaces en matière d'immigration qui permettent la circulation des travailleurs au moment et à l'endroit où ils sont nécessaires. Des systèmes trop complexes et parfois souvent changeants entravent le respect des lois nationales et menacent la protection du marché du travail. La tendance actuelle à utiliser la migration comme outil politique peut s'avérer néfaste à l'expansion des entreprises et à la croissance économique.

  • Des systèmes de migration efficaces produisent un recrutement équitable et éthique.

Peu de gouvernements ont des systèmes bien réglementés pour le mouvement légal des travailleurs peu qualifiés. Cette situation permet à de nombreux migrants peu qualifiés de devenir victimes de pratiques de recrutement abusives, telles que la servitude pour dettes, le travail forcé et la traite des êtres humains, souvent exécutés par des intermédiaires non réglementés pour obtenir des emplois à l'étranger.

Quelle est la position d'IOE sur la migration de main-d'œuvre?

IOE travaille sur un certain nombre d'initiatives visant à améliorer les cadres réglementaires propices à la mobilité de la main-d'œuvre, tout en réduisant les pratiques de recrutement abusives dans les migrations internationales de main-d'œuvre.

Les entreprises sont des utilisateurs fréquents et importants des systèmes nationaux de migration. Leur expérience des rouages pratiques des politiques d'immigration, ainsi que leur connaissance des marchés émergents et des tendances en matière de personnel, peuvent fournir des informations importantes aux gouvernements et aux organisations internationales et améliorer la gouvernance des migrations. Ainsi, la participation du secteur privé au dialogue public-privé est essentielle au développement de systèmes de migration bien réglementés.

Comment Busines Africa travaille-t-elle sur la migration de main-d'œuvre pour améliorer l'agenda des entreprises?

Business Africa coordonne la contribution du secteur privé au Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD). L'interaction avec les employeurs permet aux gouvernements de comprendre comment les politiques et pratiques migratoires affectent les opérations commerciales au niveau national.

  • Coopération avec l'OIM

Business Africa a signé un accord avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), s'engageant à trouver des outils pratiques et opérationnels à utiliser par les gouvernements et les entreprises pour lutter contre les pratiques de recrutement sans scrupules. L'un de ces outils est l'International Recruitment Integrity System (IRIS), un système d'accréditation volontaire pour les intermédiaires de recrutement afin qu'ils puissent démontrer leur engagement envers des pratiques équitables et éthiques.

  • Initiative de recrutement équitable de l'OIT

Avec la participation de la Confédération syndicale internationale (CSI), de l'IEO, de Business Africa et de la Confédération mondiale de l'emploi (WEC), l'OIT a lancé une initiative de recrutement équitable, qui vise à prévenir la traite des êtres humains, à promouvoir une migration sûre et à réduire les coûts de mobilité de la main-d'œuvre. En ce qui concerne les normes internationales du travail en matière de migration, l'OIE fait pression pour une révision des conventions 97 et 143 de l'OIT afin de s'assurer qu'elles répondent aux défis actuels de la migration.

Une dimension importante du débat sur la migration porte sur la manière d'évaluer et de reconnaître les titres de compétences et les compétences dans un large éventail de professions réglementées et non réglementées. L'OIT possède une expertise reconnue dans le domaine des compétences et de la formation.

  • Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière (GCM)

Business Africa a activement contribué au processus de négociation du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ( GCM ), qui a abouti à un accord en juillet 2018 au siège des Nations Unies à New York. Bien que non juridiquement contraignant, le GCM a une valeur politique très importante et est considéré comme le cadre mondial pour gérer la migration.

Business Africa a créé un groupe de travail sur les politiques relatives aux migrations internationales de main-d'œuvre, présidé par Ronnie Goldberg, Senior Council de l'USCIB.