Top
 
Courrier:
info@businessafrica-emp.org
 
Appelez-nous:
+254 20 2721929/48/49/52

News & Articles

Placer la jeune génération au centre de la croissance économique africaine

nov. 19, 2021
Posted by: Wendy Graedler

"Nous ne pouvons pas toujours construire l'avenir de nos jeunes,
mais nous pouvons construire nos jeunes pour l'avenir"
Franklin D Roosevelt
 
Africa Creates Jobs 2021 (ACJ!2021) vise à donner aux jeunes les moyens d'agir en passant du discours à l'exécution.

La troisième édition de l'Africa Creates Jobs, qui s'est tenue les 3 et 4 novembre 2021, a rassemblé des personnes de différentes catégories démographiques sur tout le continent. Le thème était "Conduire un programme de compétences et d'emplois réactives et agile pour la croissance économique des jeunes". À travers ce thème, ACJ!2021 a cherché à reconnaître l'importance de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pour la croissance économique intégrée de l'Afrique. En outre, il s'agissait d'utiliser la vision de la ZECLA pour inciter les parties prenantes de l'écosystème du développement des compétences et de la création d'emplois à envisager les investissements et les interventions nécessaires pour permettre aux jeunes d'exploiter les possibilités qu'elle présente. Au cours des discussions, ACJ!2021 a demandé à ses participants de canaliser leur énergie et de se concentrer sur trois principes, à savoir :
  • les modèles ascendants et descendants qui peuvent fonctionner de manière interchangeable ou ensemble selon les circonstances
  • la mise à l'échelle et la reproduction des réseaux et des partenariats
  • les principes, outils et approches pour le partage et l'apprentissage de la production de connaissances.
M. Stephen Obiro, de la FKE (Fédération des employeurs du Kenya), a représenté les membres de BUSINESSAfrica (l’Afrique des Affaires - Confédération des Employeurs) lors des sessions de discussions passionnées. Il a insisté sur l'importance des partenariats, car l'union fait la force, et sur la nécessité d'uniformiser les conditions de travail pour les jeunes.
 
"La migration de la main-d'œuvre est bénéfique pour l'Afrique, car elle implique des mouvements et des échanges de compétences sur le continent", a déclaré M. Obiro.
Il a mis au défi des programmes tels que le projet de cadre continental africain des compétences (ACQF) de soutenir la circulation des compétences sur le continent.
 
Lors de la table ronde des exécutants, la Secrétaire générale de l'Association des universités techniques et polytechniques d'Afrique (ATUPA), Mme. Jahou Faal, a cité le protocole d'accord signé entre BUSINESSAfrica et l'ATUPA comme un exemple d'action louable à exécuter. Dans ses remarques, elle a insisté sur la nécessité de mieux intégrer l'EFTP et le développement des compétences dans les économies des pays.
"Ainsi, les jeunes passeront de l'apprentissage à la rémunération", a-t-elle annoncé.
 
S'exprimant depuis le bureau de la Présidente de BUSINESSAfrica, M. Haddad Hakim a mis au défi les banques et les gouvernements de soutenir la création et la croissance des entreprises de la jeunesse africaine. Il a également insisté sur la nécessité de préparer les jeunes au monde du travail et, en retour, d'augmenter leurs chances d'être employés.
 
Les participants ont proposé les recommandations suivantes à l'Union africaine (UA) et aux Communautés économiques régionales (CER) pour aller de l'avant en tant que continent afin de réaliser la croissance économique pour la jeunesse africaine :
  1. Soutenir les États membres et mettre en place des systèmes efficaces pour exploiter les possibilités offertes par la ZLECA.
  2. Exhorter les États membres à mettre en place des systèmes permettant d'identifier les besoins en compétences découlant de l'impact la COVID-19 et, par la suite, à identifier les possibilités de recyclage et d'amélioration des compétences dans divers secteurs.
  3. Renforcer les plateformes de dialogue social entre les États membres afin de réunir les responsables politiques et les praticiens et d'intégrer ainsi la voix des jeunes en tant qu'agents coopératifs de l'écosystème de développement des compétences, de l'élaboration et de l'exécution des programmes, tout en tenant compte de la dynamique du monde du travail en constante évolution et des possibilités d'emploi indépendant.

     
 

Author :Wendy Graedler