Top
 
Courrier:
info@businessafrica-emp.org
 
Appelez-nous:
+254 20 2721929/48/49/52

News & Articles

ATELIER D'AFRIQUE DU NORD ET DE L'OUEST SUR LES PERSPECTIVES DES ENTREPRISES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ DES COMPÉTENCES

"La migration de main-d'œuvre est une question complexe qui nécessite l'implication de toutes les parties prenantes. Il est donc important de s'engager régulièrement alors que nous nous adaptons aux défis actuels et cherchons des solutions pour améliorer la situation économique actuelle." Amadou Sako, conseiller de l'OIE pour l'Afrique
 

L'Organisation Internationale des Employeurs (OIE) en collaboration avec l'Organisation  Internationale des Migrations (OIM), organise une série d'ateliers à travers le continent afin de recueillir le point de vue des employeurs et des gouvernements sur la mobilité des compétences. Le deuxième atelier pour la région Afrique de l'Ouest et Maghreb a eu lieu les 29 et 30 mars 2022, à Abidjan, en Côte d'Ivoire et virtuellement. Des représentants de BUSINESSAfrica et des organisations d'employeurs et d'entreprises membres (OEEs) de toute l'Afrique de l'Ouest et du Nord ont été représentés tout au long de cet atelier de deux jours. Les pays suivants étaient représentés : Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Ghana, Guinée, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Maroc, Nigeria, Togo, Niger, Sénégal et Tunisie.
 
Les discussions ont tourné autour de :

  1. La promotion d'un recrutement responsable, la promotion de la protection sociale et la contribution à l'intégration du marché du travail.
  2. La promotion de la protection sociale et la contribution à l'intégration du marché du travail
  3. Favoriser la gouvernance des migrations de main-d'œuvre en Afrique : Cadres pour la mobilité des compétences
  4. Remédier aux pénuries de compétences et développer les compétences
Les représentants des employeurs ont fait part des défis et des meilleures pratiques observés dans les programmes de migration tels qu'ils sont vécus dans leurs pays. Certains problèmes ont été évoqués tout au long de la réunion, notamment l'absence de discussion tripartite ou de cadre juridique sur la migration de main-d'œuvre, le manque de transparence dans le recrutement, le manque de clarté des lois pour les employeurs et la non-reconnaissance des diplômes au-delà des frontières. Les échanges réguliers entre les représentants des employeurs et le gouvernement marocain et l'absence d'obligation de visa pour les emplois les plus demandés sont quelques-unes des meilleures pratiques qui ont été soulignées.
 
"Une migration bien gérée a le potentiel d'accélérer la création d'emplois et de richesses dont l'Afrique a tant besoin et de passer d'une économie informelle à une économie formelle. Il faut un effort concerté de chacun d'entre nous, du gouvernement aux employeurs, aux travailleurs et aux autres parties prenantes, pour garantir une migration régulière et ordonnée", a déclaré la vice-présidente régionale de l'OIE pour l'Afrique ainsi que la secrétaire générale de BUSINESSAfrica, Mme Jacqueline Mugo.
 
Quelques questions et recommandations clés issues de l'atelier :
  • Veiller à ce que les travailleurs étrangers transfèrent leurs compétences et leurs connaissances aux travailleurs locaux, car il serait plus facile d'attirer des multinationales qui créeraient des emplois si nous disposions d'une main-d'œuvre qualifiée déjà présente dans le pays.
  • Accords bilatéraux entre pays sur la migration des travailleurs
  • Créer un système de reconnaissance des certificats académiques d'autres pays.  
Un rapport officiel contenant les recommandations proposées sera bientôt partagé. Le prochain atelier régional impliquant les pays d'Afrique australe aura lieu du 20 au 22 avril 2022. Pour en savoir plus sur l'atelier, visitez le site web d'Africa-IOE

     
 

Author :Daisy Gakii